Les pharmaciens nous signalent des pénuries de plusieurs médicaments (essentiels) tels que le paracétamol, l’amoxicilline, le budésonide inhalé… dans les pharmacies. Les pénuries ne sont pas spécifiques à la Belgique, d’autres pays européens y sont également confrontés (notamment la France1).

Les médicaments pour lesquels des pénuries sont signalées ne sont pourtant pas toujours indiqués comme étant « (temporairement) indisponibles » sur notre site Web (c’est-à-dire qu’il n’y a pas de symbole au niveau de la spécialité). Ceci est dû au fait que pour les informations relatives à l’indisponibilité (temporaire) des médicaments, notre site Web se base sur les informations contenues dans la banque de données Pharmastatut de l’AFMPS. Les informations de cette banque de données ne reflètent donc pas entièrement la situation sur le terrain. Pourtant, les firmes pharmaceutiques sont légalement tenues de signaler les indisponibilités (temporaires) à l’AFMPS, comme le précise la procédure sur le site Web de l’AFMPS: « Quand le titulaire d’autorisation ou le distributeur parallèle s’attend à ce que la totalité des commandes ne puisse pas être respectée dans les trois jours ouvrables, il doit en informer l’AFMPS le plus rapidement possible et au plus tard au début de l’indisponibilité. »

Les pharmaciens peuvent signaler eux-mêmes les indisponibilités. Le CBIP encourage les pharmaciens à notifier à l’AFMPS tout médicament indisponible dont l’indisponibilité n’est pas signalée dans Pharmastatut ou sur le site web du CBIP (pas de symbole au niveau de la spécialité). La notification peut se faire en adressant un courriel à database@afmps.be (signalement d’une erreur dans Pharmastatut) ou supply-problems@afmps.be (autres questions sur la disponibilité d’un médicament). Ces adresses e-mail peuvent également être trouvées sur Pharmastatut.

Il est important que les médecins et les pharmaciens se concertent pour discuter des meilleures alternatives en cas d’indisponibilité du médicament prescrit. Le médecin peut en tenir compte lors des prescriptions ultérieures. Les tableaux comparatifs des prix sur le site du CBIP vous permettent de voir rapidement tous les médicaments ayant le même dosage : pour les afficher, cliquez sur « Par groupe » au-dessus des spécialités ou sur le symbole au niveau du conditionnement.

La pénurie d’un certain nombre de médicaments (essentiels) rend encore plus impérieuse la prescription, la délivrance et l’utilisation rationnelles de ces médicaments. Par le biais de ses rubriques « Positionnement », le Répertoire cherche à faciliter un choix rationnel, en proposant le meilleur choix et – le cas échéant – des alternatives, sur la base des meilleures preuves possibles.

  • Pour les analgésiques et les antipyrétiques : voir le Répertoire 8.1. pour les médicaments à privilégier et les alternatives possibles.

  • Pour les bronchodilatateurs et les corticostéroïdes inhalés : voir le Répertoire 4.1. Dans la bronchiolite du jeune enfant, aucun bénéfice n’a été démontré pour les bronchodilatateurs par voie inhalée, ni pour la corticothérapie inhalée [voir Folia d’octobre 2016]. Dans le wheezing chez le jeune enfant, l’utilisation d’un aérosol doseur + chambre d’expansion (+ masque jusqu’à l’âge de 3 ans) donne une meilleure déposition pulmonaire que la nébulisation [voir Folia de février 2017].

  • Pour les antitussifs : voir le Répertoire 4.2.1 : la toux ne nécessite généralement pas de traitement médicamenteux. L’efficacité des antitussifs n’est pas suffisamment étayée, que ce soit chez l’enfant ou l’adulte. Les antitussifs ne sont pas utiles en cas de toux productive.

  • Pour les antibiotiques : les antibiotiques ont seulement une place dans les infections ou surinfections bactériennes confirmées des voies respiratoires inférieures [voir les Folia de novembre 2022 et les numéros d’octobre des années précédentes]. Voir le guide BAPCOC (version novembre 2022) pour connaitre les meilleurs choix et les meilleurs alternatives dans les situations justifiant une antibiothérapie.

Sources

La Revue Prescrire. Pénuries de médicaments : un phénomène ancien, qui s’aggrave. Dans l’actualité, 27/12/22.