Le chapitre traitant des maladies infectieuses du formulaire de soins aux personnes âgées vient d’être mis à jour.

  • Une adaptation des sélections dans diverses situations infectieuses courantes a été réalisée, en ligne avec le guide de la BAPCOC (update 2021), en tenant compte des spécificités de la personne âgée et de la méthodologie de notre formulaire : cela concerne la sinusite aigue, l’otite moyenne aigue, la pneumonie, la gastro-entérite aigue, l’abcès péri-anal, la pyélonéphrite aigue, la prostatite aiguë et l’orchi-épididymite ainsi que le vaccin contre le pneumocoque.

Modifications principales :
Rhinosinusite aigue – lorsqu’un antibiotique est indiqué : le céfuroxime n’est plus une sélection BAPCOC. En cas d’allergie à la pénicilline (IgE médiée ou non), BAPCOC sélectionne la moxifloxacine, en raison du profil de résistance aux pneumocoques qui reste faible avec les quinolones. Chez la personne âgée, l’usage des quinolones comporte un risque plus marqué que chez les personnes plus jeunes. C’est la raison pour laquelle, en cas d’allergie à la pénicilline, la rédaction du formulaire a choisi de ne pas sélectionner de quinolone et de référer au spécialiste pour le choix de l’antibiotique.
– Otite moyenne aigue – lorsqu’un antibiotique est indiqué : BAPCOC propose de donner un macrolide (azithromycine) plutôt qu’une quinolone en cas d’allergie à la pénicilline IgE médiée.
– Pneumonie: en cas d’ allergie à la pénicilline, la BAPCOC propose de donner la moxifloxacine, qui a une meilleure activité sur les streptocoques et les staphylocoques que les autres quinolones.  La moxifloxacine remplace donc la lévofloxacine dans le Formulaire de soins aux personnes âgées.
– Gastro-entérite aigue – syndrome dysentérique ou patient à risque (immunosuppression) : En Belgique, c’est le Campylobacter qui est de plus en plus souvent responsable du syndrome dysentérique. La résistance du Campylobacter aux quinolones augmente, raison pour laquelle l’azithromycine est proposé à la place de la ciprofloxacine.
– Abcès périanal : le traitement est uniquement chirurgical, pas d’antibiothérapie sélectionnée.
– Pyélonéphrite aigue : la lévofloxacine remplace la ciprofloxacine.
– Prostatite aiguë et orchi-épididymite : la lévofloxacine remplace l’ofloxacine.
– Le vaccin contre le pneumocoque est sélectionné (nouvelles recommandations du Conseil Supérieur de la Santé : Avis 9562, 2020).
  • À propos de la « politique face au MRSA », les informations ont été étendues aux germes multirésistants (MDRO pour Multi Drug Resistant Organisms), basé sur l’avis N°9277 du Conseil Supérieur de la Santé publié en 2019: « Recommandations en matière de prévention, maîtrise et prise en charge des patients porteurs de bactéries multi-résistantes aux antibiotiques dans les institutions de soins ».

  • La « politique face aux infections à Clostridioides difficile » a également été mise à jour.

  • Le médecin coordinateur et conseiller (MCC) et l’infirmier-ère responsable occupent une position centrale dans ces 2 situations.

  • On y revient sur l’importance des mesures générales de prévention des infections (au moyen de divers protocoles d’usage rationnel des antibiotiques, d’hygiène des mains, d’entretien et de désinfection du matériel, des locaux et du linge ainsi que de gestion des déchets).

  • Concernant les germes multi-résistants, on insiste également sur l’importance du dépistage individuel ciblé et de l’analyse régulière du risque intrinsèque à chaque institution. La prévention de la diffusion des germes multi-résistants et la gestion des situations épidémiques est également abordée.